medio orietne

Les exécutions par lapidation doivent cesser en Iran

Les autorités iraniennes continuent à condamner des personnes à la mort par lapidation. Actuellement, au moins 11 personnes risquent d’être exécutées de cette manière. Le Code pénal iranien dispose que ce châtiment est infligé en cas d’« adultère en étant marié ».

Il précise les modalités de l’exécution et les types de pierre qui doivent être utilisés. Aux termes de l’article 102, les hommes doivent être enterrés dans le sol jusqu’à la taille et les femmes jusqu’à la poitrine avant l’exécution.

L’article 104, qui fait référence à la peine de mort pour adultère, indique que les pierres « ne devront pas être grosses au point que le condamné meure après en avoir reçu une ou deux ; elles ne devront pas non plus être si petites qu’on ne puisse leur donner le nom de pierres ». Par conséquent, il est clair que l’objectif de la lapidation est d’infliger une douleur lors d’un processus conduisant à une mort lente.

Mi-2006, un groupe de défenseurs des droits humains iraniens principalement composé de femmes, notamment de journalistes et d’avocates, a lancé une campagne en faveur de l’abolition de la lapidation. Stop Stoning Forever vise à sauver la vie de toutes les personnes sous le coup d’une condamnation à la mort par lapidation en Iran et à obtenir l’abolition de ce châtiment dans le droit et dans la pratique. Depuis le début de la campagne, quelque 15 personnes ont été épargnées et d’autres ont obtenu des sursis. Cependant, dans trois cas au moins, des personnes condamnées à la mort par lapidation ont été exécutées par pendaison.

Envoyer le message ci-dessous au président du Parlement iranien, Ali Larijani, afin qu’il mette un terme à l’usage de la lapidation comme méthode d’exécution en Iran.

Les exécutions par lapidation doivent cesser en Iran

Monsieur,

Je vous écris pour exprimer ma profonde inquiétude quant au fait que des personnes continuent à être condamnées à la mort par lapidation en Iran.

Au moins huit femmes et trois hommes risquent actuellement d’être exécutés de cette manière. Par ailleurs, au moins six exécutions par lapidation ont eu lieu en dépit du moratoire instauré par le responsable du pouvoir judiciaire en 2002.
L’exécution par lapidation rend encore plus brutale qu’elle ne l’est la condamnation à mort, et ce mode d’exécution vise spécifiquement à exacerber les souffrances des condamnés : les pierres sont délibérément choisies assez grosses pour causer la douleur, mais pas au point de tuer la victime immédiatement.

Je sais qu’un projet de loi destiné à modifier le Code pénal est actuellement examiné par le Parlement pour approbation. Je comprends bien que ce texte a pour objet la modification de la loi sur la lapidation afin que, si l’on considère qu’une telle peine ne doit pas être appliquée dans l’intérêt national, elle puisse être suspendue à la demande du parquet, avec l’accord du responsable du pouvoir judiciaire.

Je me félicite de ces mesures réformatrices mais je prie néanmoins l’Iran, en tant qu’État partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, de veiller à ce que la législation adoptée soit conforme aux obligations qui incombent à votre pays aux termes du droit international, afin que des personnes n’encourent pas la peine de mort parce qu’elles ont eu des relations sexuelles consenties en privé.

Un moratoire immédiat sur les exécutions par lapidation doit être instauré et maintenu jusqu’à ce que les modifications entrent en vigueur. Toutes les personnes actuellement sous le coup d’une condamnation à la mort par lapidation en Iran doivent voir leur peine commuée sans délai.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma haute considération.

Source: AI

Annunci