Un diplomate en exil lève le voile sur le régime iranien

Par Lindsey Hilsum
Alors que l’Iran réagit à la dernière proposition de sanctions de l’ONU visant son programme nucléaire, un ancien diplomate iranien parle a Lindsey Hilsum de la tactique « diviser pour régner » utilisée dans les négociations avec l’Occident.
Plus tôt dans le mois, je suis allé à Oslo pour y rencontrer le plus ancien diplomate iranien connu pour avoir démissionné depuis les élections contestées de l’année dernière.
Je dis « connu pour avoir » car, suivant Mohammad Réza Heydari, ancien consul d’Iran en Norvège, plusieurs autres sont rentrés à Téhéran pour une retraite forcée, choisissant le silence et la sécurité. Il dit que beaucoup d’autres font profil bas en attendant un changement de régime.
L’histoire de Monsieur Heydari est à la fois personnelle et politique. Le gouvernement iranien le traite d’opportuniste qui a déserté son pays pour une vie facile en Norvège. Lui dit qu’il risque sa vie en parlant franchement ; la maison de sa belle-mère à Ispahan a été attaquée par des personnes supposées membres de la milice bassidj et il reçoit régulièrement des menaces par mail ou téléphone.
« Ma vie est loin d’être normale maintenant. Je ne peux aller nulle part sans prévenir auparavant. Si je veux voir quelqu’un je dois d’abord prendre mes dispositions avec la sécurité. Ils disent que c’est pour me protéger » m’a-t-il dit lors de notre rencontre dans un hôtel d’Oslo.
Son fils de 17 ans, qui avait convaincu son père de soutenir l’opposition et de quitter la diplomatie l’accompagnait.
L’histoire de sa défection en réaction à la répression des manifestations post-électorales a été publiée partout ; ce qui me semblait intéressant, c’était la description qu’il faisait du régime qu’il avait observé et servi. Sa narration de l’intérieur corrobore ce que les services de renseignement occidentaux disent depuis des années mais avec les détails saisissants d’un témoin oculaire.
Il dit que les gardes révolutionnaires sont aujourd’hui moins susceptibles d’assassiner leurs ennemis (note : cette semaine, la France a relâché l’Iranien emprisonné en 1994 pour le meurtre à Paris en 1991 de Shahpour Bakhtiar, le dernier premier ministre du Shah), mais ils menacent et harcèlent les dissidents à l’aide des représentations diplomatiques iraniennes.
« Les gens qui venaient…bon, on nous a expliqué que les cibles étaient anti-révolutionnaires » dit-il.
« Les antirévolutionnaires ne veulent pas que la révolution survivent ni que le peuple iranien soit légitimé où que ce soit. Voilà notre entraînement et notre formation. Alors, quand nous étions face aux gens dans ces missions, nous supposions qu’ils venaient pour observer ou contrôler quelque opposant à la république islamique. C’est comme ça qu’on nous présentait la chose. »
Il explique comment, alors qu’il travaillait à l’aéroport de Mehrabad depuis juillet 2004, il a vu un certain nombre de visiteurs intéressants : des Nord Coréens qui visitaient apparemment les sites nucléaires, des combattants du Hezbollah venant s’entraîner, leurs familles en vacances gratuites en république islamique.
Il n’était pas dans la confidence, explique-t-il, il se contentait d’observer, de poser des questions et en tirait ses propres conclusions. Alors que le gouvernement iranien nie qu’il serait engagé dans le nucléaire militaire, Monsieur Heydary donne sa conclusion et celle de ses collègues :
« J’ai été témoin des visites des experts sur place et des conversations des collègues qui travaillaient avec eux, de là vient tout ce que je sais. »
« Il y avait des traducteurs et des personnes pour les véhiculer à leurs hôtels. Ils s’asseyaient et discutaient sur le fait que l’Iran construisait plusieurs sites nucléaires. Où sont-ils situés et qui en est responsable, je l’ignore. Mais c’était la mission. »
Les diplomates disent que les déclarations de Monsieur Heydari et les Norvégiens le prennent suffisamment au sérieux pour lui fournir une protection policière à lui et à sa famille.
Il vit désormais une vie de réfugié, ayant tourné le dos au système qui l’a fait vivre pendant plus de 20 ans.
Source: Channel 4 News

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...