Nouvelle vague d’arrestations pour créer un climat de terreur

ENGLISH

Leyla Tayeri

Une nouvelle vague d’arrestations de militants politiques et de journalistes a été lancée ces derniers jours. Le rédacteur en chef du site « Ham-Mihan », Maziar Khosravi et la militante étudiante Maryam Abbassinedjad en ont été les victimes récentes il y a deux jours et ont été envoyés à la célèbre prison d’Evine. Ils y suivent l’avocat Mohammad Olyaïfard arrêté auparavant.

Maryam Abbassinedjad, membre du comité central de l’association islamique de l’université de Téhéran avait récemment manifesté contre la visite discrète et impromptue de Mahmoud Ahmadinedjad à l’université de Téhéran samedi.

Ahmadinedjad s’était rendu à l’université pour prendre part à un séminaire de commémoration de l’ayatollah Mortéza Motahari, assassiné dans les premières années de la révolution. Il devait prononcer un discours à la faculté de médecine. Mais dès que les étudiants ont appris sa visite, il ont manifesté en scandant des slogans comme « Mort au dictateur », « Nous ne voulons pas d’un gouvernement de coup d’état », « Quitte l’université, dictateur », « La liberté ou la mort », « Ya Hossein, Mir-Hossein » et d’autres encore.

Madame Abbassinedjad a été arrêtée le soir suivant ces manifestations.

Maziar Khosravi, rédacteur en chef de « Ham-Mihan », rédacteur en chef du site Web « Aftab » et membre du comité de rédaction de « Mardom Salari » et de « Bahareh » a également été arrêté dimanche après que le représentant légal de la faculté de droit de l’université de Téhéran ait déposé plainte contre lui en raison de l’article qu’il avait publié sur l’attaque de la cité universitaire par des agents en civil et des gardes des unités spéciales.

Mohammad Olyaïfard, un avocat, a été arrêté samedi dernier et a été envoyé à la prison d’Evine pour purger une peine d’un an avec sursis.

Libération de prison

Navid Khandjani, Mardjan Safari et Ehsan Mehrabi ont été libérés de prison après que leurs familles aient déposé la caution demandée. Navid Khandjani est membre de groupe Gozareshgaran Hoghough Bashar (reporters des droits humains), interdite de poursuite d’études en raison de sa religion, elle est bahaïe.

Mardjan Safari, militante des droits humains a été relâchée il y a deux jours après avoir déposé une caution de 150 millions de tomans (environ 150.000 dollars). Un jour auparavant, Ehsan Mehrabi, journaliste emprisonné depuis le 7 février 2010, a été libéré contre une caution de 30 millions de tomans (environ 30.000 dollars)

Inquiétude sur le sort de Djaafar Panahi

Alors que l’attention du public et des médias était concentrée sur les manifestations étudiantes, sur la visite d’Ahmadinedjad à l’université de Téhéran et sur les évènement du 1er mai la semaine dernière, le manque d’informations sur le statut du cinéaste Djaafar Panahi en détention a provoqué l’inquiétude.

Un proche de Panahi a dit à « Rooz on Sunday » que ni l’avocat du célèbre cinéaste, ni les membres de sa famille n’avait eu accès à son dossier judiciaire. Cette personne a ajouté qu’aucun fonctionnaire du gouvernement ne répondant aux demandes de la famille et que personne ne semblait être responsable du prisonnier, ce qui a accru l’inquiétude des membres de la famille de Panahi. Elle a ajouté que les interrogatoires de Panahi étaient terminés mais qu’il était toujours dans une cellule du célèbre bloc 209 avec deux ou trois autres prisonniers.

Vendredi, un groupe de célébrités de Hollywood, acteurs et metteurs en scène, dont Martin Scorsese, Robert Redford, Robert DeNiro, Steven Spielberg, Michael Moore et d’autres, ont écrit une lettre pour protester contre l’arrestation et la détention de Panahi, ce qui contraste avec la passivité des artistes iraniens qui a été critiquée.

La lettre des artistes de Hollywood a été adressée au gouvernement iranien; elle demande la libération immédiate de Djaafar Panahi.

Inquiétude pour Massoud Bastani

La journée internationale de la liberté de la presse s’est déroulée alors que les journaux indépendants sont toujours interdits en Iran et que les journalistes restent derrière les barreaux. L’un d’eux est Massoud Bastani dont la mère a parlé avec Rooz.

Bastani est détenu à la prison Radjaï-Shahr de Karadj en compagnie de criminels condamnés et de trafiquants de drogue. Sa mère, Maassoumeh Moloul a déclaré : « Nous sommes très inquiets pour mon fils. L’un des ses problèmes majeurs est une douleur dentaire, même s’il y a un dispensaire dans la prison, Bastani doit endurer la douleur à cause des différentes maladies sévissant dans la prison. »

Bastani est enfermé depuis 10 mois maintenant et n’a bénéficié d’aucune permission pour rendre visite à sa famille. Sa mère déclare à Rouz : « Nous avons constamment soumis des demandes de permission qui ont toutes été refusées au motif que le verdict n’avait pas été énoncé alors que d’autres prisonniers dans le même cas en ont bénéficié, nous le savons. »

Madame Moloul a déclaré que son fils avait le moral : « Nous sommes inquiets pour sa santé, plus particulièrement pour son mal de dents. Mon fils n’était qu’un journaliste et n’a jamais rien fait pour mettre en danger la sécurité du pays ; il est donc détenu injustement. »

Elle a déclaré que son fils passait le plus clair de son temps à aider d’autres prisonniers ayant des difficultés financières ou culturelles. « Par exemple, il aide d’autres prisonniers en écrivant leurs lettres. Il dépense son argent avec ceux qui n’en ont pas. Il achète de l’artisanat pour aider des prisonniers et, s’ils ont besoin d’un avocat, il parle à certains avocats de sa connaissance et qui seraient susceptibles de les aider. »

Elle a ajouté que son fils ne se plaignait pas de la façon dont il était traité en prison. « Les autorités de la prison sont été coopératives jusque là, mais la réalité c’est que mon journaliste de fils ne devrait pas se trouver parmi des criminels condamnés. »

Second procès pour Mohammad Davari

La deuxième audience du procès de Mohammad Davari s’est tenu à la 28ème chambre de la cour révolutionnaire, cinq mois après son premier procès. Davari était le rédacteur en chef du site Web « Saham News », site officiel du parti « Etemad Melli » (confiance nationale). Ce site Web rapporte que les accusations sont les mêmes que lors du procès précédent, en dépit de l’enquête menée par la cour, à savoir propagande contre l’état et rassemblement dans le but de troubler l’ordre public.

La situation de Davoud Soleymani empire.

La situation du professeur d’université et membre du « Djebhe Mosharekat Iran » (Front de participation en Iran), le docteur Davoud Soleymani au bloc 350 de la prison d’Evine de Téhéran se détériorerait. Suivant « Advar News », au bout de plus de dix mois de détention pour cet ancien parlementaire, il souffre de nombreux problèmes de santé et psychologiques : tremblement des mains, migraines intenses en sont certains se qui rend sa situation grave et inquiétante. Le pire est qu’en raison de sa résistance, on lui refuse tout soin médical en prison.

Soleymani a passé plus de quatre mois à l’isolement et a été condamné à un total de six ans de prison, une interdiction de toute activité politique ou médiatique pendant dix ans. On lui a aussi refusé toute permission de sortie.

Une caution de soixante-dix millions de tomans pour Kouhyar Goudarzi

La famille de Kouhyar Goudarzi, membre des reporters pour les droits humains, a annoncé que sa caution avait été fixée à 70 millions de tomans (environ 70.000 dollars). Suivant les reporters pour les droits humains, la caution initiale était de 300 millions de tomans environ 300.000 dollars), mais avait été réduite à 70.000 dollars. Goudarzi est derrière les barreaux de la prison d’Evine depuis plus de 130 jours sous la contrainte et a subi de longs interrogatoires.

Ce militant des droits humains a été expulsé de l’université de technologie Sharif sous la pression des forces de sécurité l’année dernière. Il se trouve actuellement au bloc 350 de la prison d’Evine de Téhéran.

Annunci

2 comments

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...