80 jeunes iraniens arrêtés pour avoir assisté à un concert illégal

ENGLISH ITALIAN

HRANA – Le procureur de Téhéran Abbas Djafari Dolatabadi a publié une déclaration jeudi soir rapportant que 80 [Iraniens] avaient été arrêtés et accusés de « participation à une cérémonie de plaisir et folâtre ». Hier soir, la sécurité et la police de moralité ont été informées qu’un concert secret était organisé avec des billets qui se vendaient de 30 à 35 USD.

La police a envahi le concert avec un mandat d’arrêt et a arrêté 80 jeunes garçons et filles qui étaient habillés de façon inappropriée et participaient à des activités illégales.

Abbas Djafari Dolatabadi a aussi déclaré : « Les dossiers des 80 jeunes garçons et filles et les accusations contre les cinq personnes qui vendaient les billets du concert ont été transmis au bureau du procureur de Téhéran.

Djafari Dolatabadi a déclaré : « Ces cinq personnes touchaient environ 50 milles USD par concert. Les jeunes commençaient par se rassembler, puis étaient transportés jusqu’au concert par des individus impliqués pour la première fois dans l’organisation et la vente de ce type de cérémonie vulgaire et immorale. »

Il a ajouté : « Beaucoup des interpellés n’étaient pas dans un état normal. On a trouvé sur les lieux de l’alcool produit à l’étranger et en Iran. »

Le procureur de Téhéran n’a pas révélé l’identité des interpellés. Suivant Radio Farda, la république islamique a beaucoup travaillé pour empêcher les groupes musicaux de se produire en les taxant de « vulgarité » en raison de leurs concerts clandestins.

Un fonctionnaire du ministère de la culture et de la guidance a déclaré que ces individus et groupes se servent de la musique comme excuse pour atteindre des « buts malsains ».

Les contraintes pour les concerts ont conduit les Iraniens à organiser ces évènements à domicile ou dans de grands jardins à l’extérieur de la ville.

Lors d’un incident similaire il y a quelques années, les forces de police de la république islamique avaient attaqué un concert de rock clandestin dans la ville de Karadj (Mohammadshahr) et avaient arrêté 230 personnes en 2007.

A cette époque, les médias collaborant avec la république islamique avaient annoncé qu’on avait trouvé dans ce concert des appareils d’enregistrement, des CDs, des vêtements trop courts, des boissons alcooliques et de la drogue.

Le site Web « Djamejam », affilié à l’IRIB a également rapporté sous le titre : « Des chanteurs de rap arrêtés par la police » que les fonctionnaires de sécurité de l’IRI avaient découvert une invitation sur Internet pour un concert de rap dans un jardin de la périphérie de Karadj, les spectateurs n’étant au courant ni de l’endroit exact ni de l’heure de l’évènement. Les organisateurs annonçaient qu’ils contacteraient les personnes intéressées plus tard. Une fois que les autorités avaient découvert les détails, les forces de sécurité avaient envahi le concert avec des mandats d’arrêt et arrêté de nombreux jeunes habillés de façon inappropriée (suivant la loi islamique) ou en train de danser.

Annunci

2 comments

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...